MONSTRE

MIAMIAM

COLLABORATION AVEC LUCE MONIER AVEC PRÉSENTATION DE SON MINOTAURE ET INSTALLATION « ACCORDS METS/FLEURS »

MONSTRE :

« Lui, c’est Monstre, et bien évidemment, il est chez Monstre, à Arles. Il est l’ultime descendant des Minotaures, et sa route s’est terminée sur les rives de l’étang du Vaccarès. A l’image de son illustre ancêtre, il se nourrit essentiellement de touristes parisiens égarés dans la sansouire, et de petits camarguais et de petites camarguaises offerts en sacrifice lorsque les temps sont durs, quand le mistral d’hiver bat les sagnes et les tamaris.Lisez sans attendre « La bête du Vaccarès » de Joseph d’Arbaud, qui raconte la merveilleuse rencontre d’un gardian du XVIe siècle et du dernier des Minotaures.

Fleuriste d’art, je travaille essentiellement la glane locale et sauvage. Ici, Monstre est travaillé à partir d’un vieux panier ramassé par terre, dont la bouche béante et dardée de crocs végétaux a immédiatement inspiré la Bête. Ses cornes et sa crinière sont issues des feuilles graphiques et nerveuses de l’herbe de la Pampa, dont les plumeaux légers nous éblouissent au vent et au soleil.”

COLLABORATION MANGER-VEGETAL Dans le cadre de l’été indiens, on imagine une collaboration de l’assiette au bouquet, de l’assiette au végétal, en fonction de ce que le chef a imaginé. Une glane endémique, du riz, des sagnes, des pampas, des joncs, des graminées, pour sublimer une sélection résolument locale. Jouer le jeu de la Camargue, et exalter la moindre de ses expressions.

Du 17 au 27 de à 9h à 23h.

Adresse : 13, rue Tour de Fabre